«La décentralisation de la santé à l%u2019école ne garantit ni l%u2019amélioration des politiques de santé, ni celle de la réussite scolaire»
Le corps des fonctionnaires des infirmières scolaire pourrait disparaître avec la loi 4 D. Une tribune dans Le monde du 19 janvier alerte sur les dangers de ce projet de loi.

une pétition en ligne est à signer ici : https://www.mesopinions.com/petition/sante/touche-infirmiere-education-nationale/120361

« La décentralisation de la santé à l’école ne garantit ni l’amélioration des politiques de santé, ni celle de la réussite scolaire »
Tribune

Saphia Guereschi et Carole Pourvendier, Secrétaires générales du Snics-FSU

Carla Dugault, Coprésidente de la FCPE

Benoît Teste, Secrétaire général de la FSU

Le transfert des services de santé scolaire de l’éducation nationale aux départements, dans le cadre du projet de loi dit « 4D », remet en question « la dimension éducative de la politique de santé à l’école », estiment, dans une tribune au « Monde », des représentants du syndicat d’infirmières scolaires Snics-FSU, de la fédération de parents d’élèves FCPE et de la FSU.

les nouvelles ne sont pas bonnes. En effet le SNICS-FSU a eu une audience avec la directrice de cabinet de Jacqueline Gourault qui confirme le projet de décentralisation de la santé en milieu scolaire vers les collectivités territoriales avec, en termes de satut des personnels, 2 scenarii : médecins et infirmier.es décentralisés, ou médecins seuls. L’arbitrage de Matignon s’orienterait désormais vers la décentralisation des infirmier.es et des médecins “afin d’améliorer le taux de réalisation des visites médicales obligatoires”, l’argumentaire est celui de la Cour des Comptes. Le modèle retenu est celui de la PMI, le dépistage infirmier est une partie de la visite médicale. Elle se défend de vouloir retirer les infirmier.es des établissements scolaires, mais ne peut pas assurer que les départements ne le feront pas …Elle reconnait les carence de la PMI , mais estime qu’en mutualisant les moyens , les départements trouveront des solutions que d’autres n’ont pas trouvé … bref, c’est bien connu, en rassemblant les difficultés, on fait mieux…
On sent bien que le ministère de la cohésion des territoires a la volonté de peser de tout son poids pour que cette décentralisation se fasse.
Il est évoqué la mise en extinction progressive du corps des infirmier.es de l’Education nationale, assortie de garantie de salaires, de déroulé de carrière et d’amélioration des conditions de travail …
Ni les élèves, ni l’efficacité des dispositifs ne pèsent bien lourd dans les débats.
Il en est terminé du concept de santé à l’Ecole, de la consultation infirmière au service de la réussite scolaire et de l’égalité d’accès pour les élèves

La FSU soutient pleinement la mobilisation des infirmièr-es, le SNICS mobilise le 26 sur un appel national à Paris, bien sûr la situations sanitaire rend les choses difficiles mais c’est maintenant que cela se joue!