SD 38 - FSU de l’ISERE
FSU, engagées au quotidien

Retraites : après le 49.3, rien n’est joué !

Le 31 mars : journée de mobilisation générale !

vendredi 13 mars 2020 par FSU 38

« l’article 49.3 […] C’est la marque d’un pouvoir fragilisé, incapable de justifier cette réforme, présentée comme « universelle » et « plus juste », de fait contestée de toute part et qui a amené déjà le gouvernement à garantir le maintien de nombreux régimes spécifiques »

Malgré le mouvement social inédit et continu depuis le 5 décembre contre le projet de loi de réforme des retraites, malgré le soutien massif de la population à la mobilisation et au retrait de ce projet, malgré l’avis cinglant du Conseil d’État et de nombreux économistes, le gouvernement vient de dégainer son ultime argument : l’article 49.3 de la Constitution.
Ainsi, alors que disposant d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale, il entend au travers de cette stratégie faire taire tout débat démocratique au moment même où la question de l’âge pivot et de la valeur du point devaient être étudiées. C’est la marque d’un pouvoir fragilisé, incapable de justifier cette réforme, présentée comme « universelle » et « plus juste », de fait contestée de toute part et qui a amené déjà le gouvernement à garantir le maintien de nombreux régimes spécifiques : force de l’ordre, pompiers, armée...
Finalement cette réforme ne doit pas être si juste et bénéfique pour en exclure des catégories professionnelles ! Face à ce déni de démocratie, les organisations syndicales engagées contre ce projet de réforme des retraites, entendent poursuivre et amplifier la mobilisation pour obtenir le retrait de cette réforme qui ferait de nous toutes et tous les grand.es perdante.es, en particulier les femmes et les emplois précaires.

Rien n’est joué ! Le parcours législatif est loin d’être clos (Sénat et Commission mixte), le Conseil Constitutionnel doit ensuite valider le texte qui serait adopté, les mobilisations vont se poursuivre…

#LaVraieConférence : c’est le 24 mars au CESE !!

La CGT et FO ont déjà quitté la conférence de financement installée par le gouvernement qui dès le début s’est vu fixer comme objectif de ne pas toucher au coût du travail évitant ainsi de poser la question des cotisations et de leur assiette, dans un cadre où la loi organique fixe une règle d’équilibre budgétaire fondée sur la valeur du point et la baisse du niveau des pensions.

Face à un pouvoir qui non seulement évite le débat et utilise tous les artifices pour museler les oppositions, la FSU avec ses partenaires de la CGT, FO, CFE/CGC et Solidaires et les organisations de jeunesse ont décidé d’organiser le 24 mars au CESE la « vraie conférence », journée ouverte à l’ensemble des organisations syndicales et des groupes parlementaires (Hors RN) pour débattre de propositions alternatives porteuses d’améliorations pour toutes et tous.

Comment dans certains pays les retraites peuvent-elles être financées : Augmentation des salaires, emploi, égalité salariale… augmentation et élargissement de l’assiette des cotisations.

Le 31 mars : journée de mobilisation générale !

Après 10 journées de grèves et de manifestations interprofessionnelles et les mobilisations diverses (retraite aux flambeaux, dépôt des outils professionnels, grève reconductible sectorielle, interpellation des parlementaires…) l’intersyndicale appelle à faire du 31 mars une journée de mobilisation générale dans laquelle doivent s’engager massivement toutes celles et tous ceux qui condamnent et dénoncent cette régression sociale historique. Parce que rien n’est joué et que la contestation ne faiblit pas, nous pouvons gagner !

La suite dans le tract à télécharger


RSS fr | Contact | Plan du site | Espace privé | Spip 3.1.4 + Alternatives RSSActualité 38